Qu’est-ce que l’humidité ascensionnelle ?

L’humidité de remontée capillaireou humidité ascensionnelle est un problème qui se produit dans les murs du rez-de-chaussée des bâtiments en contact avec le sol, dont les murs n’ont pas été isolés correctement.

Les signes visibles des remontées capillaires sont le typique décollement ou effritement de la peinture et du plâtre. Si vous regardez de plus près, vous pouvez voir la présence de sels blancs dans les points de détachement.

L’odeur désagréable d’humidité dans les pièces est très souvent présente ; la présence de moisissures noires est moins fréquente.

En raison d’un manque d’étanchéité, les molécules d’eau présentes dans le sol pénètrent dans les matériaux en briques qui constituent les murs et remontent jusqu’au sommet.

La raison pour laquelle l’eau remonte dans les murs est liée à un phénomène physique. Dans les molécules d’eau, il existe une force qui les maintient unies et liées entre elles, appelée “force d’adhérence”, qui permet également aux molécules d’eau d’adhérer à d’autres matériaux. Si vous regardez une goutte d’eau sur un verre, vous pouvez constater qu’elle reste en place sans glisser vers le bas, tant qu’elle ne soit pas trop lourde. En remplissant un verre d’eau et en l’observant latéralement à contre-jour, on peut voir que près des parois du verre, l’eau fait une petite courbe et remonte au-dessus de son niveau en formant un ménisque.

Tout mur absorbe l’humidité de manière différente en raison du type de matériau utilisé et de la technique de construction. En effet, la section des capillaires est différente pour chaque matériau de construction. La perméabilité des revêtements contribue aux remontées d’humidité, c’est pourquoi ils doivent être adaptés correctement au type de mur existant.

Pourquoi l’humidité ascensionnelle ?

L’humidité ascensionnelle capillaireest un flux continu et constant de molécules d’eau s’élevant du sol et remontant dans les murs à différentes hauteurs. En saturant les parties supérieures externes des enduits, l’humidité en contact avec l’air commence à s’évaporer se dispersant, ainsi, dans l’environnement.

Cette évaporation constante se répand dans l’air dans les pièces, ce qui entraîne des problèmes. Lorsque l’humidité dans l’air augmente, celle-ci peut entraîner la formation de moisissures sur les vêtements, les couvertures et les meubles.

Lorsque l’humidité est élevée, vous pouvez également trouver de la moisissure noire dans la partie inférieure des murs. Le confort de vie du point de vue du chauffage est également compromis, car un mur humide perd sa capacité d’isolation, ce qui entraîne d’importantes pertes de chaleur et augmente les coûts de chauffage.
Les moisissures sur les murs amorcent un processus encore plus grave. Les spores qui les composent étant très volatiles, ils se dispersent dans l’air et, s’ils sont respirés, ils peuvent provoquer des maladies telles que des rhumes, des allergies ou des infections respiratoires.

Il y a enfin le problème esthétique, la peinture qui s’écaille, le farinage et le décollement du plâtre se répètent après chaque rénovation, car le flux d’humidité ascensionnelle n’est jamais arrêté. Le système Biodry Technology interrompt ce flux de remontée ce qui permet au mur de sécher et d’être assaini de façon permanente.

Quelles sont les causes de l’humidité ascensionnelle ?

Moins connu mais certainement décisif et capable d’amplifier la remontée capillaire dans un matériau en brique est le déséquilibre électrique exercé sur la molécule d’eau. Si vous mesurez le potentiel électrique d’un mur avec des remontées capillaires, vous pouvez constater qu’il est chargé comme une batterie. Ce phénomène de déséquilibre électrique a lieu dans la paroi et se manifeste par une différence de potentiel électrique qui peut varier de 50/60 mV à 400/600 mV. Ce courant est maximal au bas du mur et diminue au fur et à mesure qu’il remonte dans le mur jusqu’à arriver à zéro.

Ce qui provoque ce courant mesuré comme différence de potentiel électrique dans les murs, ce sont des facteurs naturellement présents dans le sol ou, plus rarement, des ondes électromagnétiques émises par des sources d’énergie extérieures.
Les courants vagabonds, les anomalies de champ magnétique, l’écoulement souterrain des eaux souterraines sont les facteurs naturels.

Les ondes radio, les pylônes à haute tension, les lignes électriques souterraines, les fuites domestiques et les courants électrostatiques sont tous classés dans la catégorie de la pollution électromagnétique ouelettro-smog.

Demandez un devis gratuit

    Sei un robot? =